RIPA 2015

4e édition – 2&3 mai 2015

Soirée de performances

Agora Hydro-Québec de l’UQAM
2 mai 2015

avec l’Université d’art et de design de Toronto (OCAD)

Table Ronde

Salle des Boiseries de l’UQAM
3 mai 2015

avec
Didier Morelli (artiste interdisciplinaire)
Michelle Lacombe (artiste de la performance et travailleuse culturelle)
Michèle Thériault (directrice, Galerie Leonard & Bina Ellen)

Équipe

Marie-Ève Leclerc-Parker – Coordination générale

Janick Burn et Manoushka Larouche – Programmation

Julie Riendeau et Katherine-Josée Gervais – Rable ronde

Rosalie Chrétien – Logistique et soutien technique

Julie Richard – Communications

Gabriel Jasmin – Graphisme

Patrick Boivin – Site web

Subventionneurs

ACSHA-UQAM
AÉMAV-UQAM
AFÉA-UQAM
Service à la vie étudiante de l’UQAM
Département d’histoire de l’art de l’UQAM
École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM

Partenaires

VIVA! Art Action
Centre SKOL
Inter Art Actuel
Link & Pin Performance Art Series

Biographies des artistes

Chris Heller

Diplômé du programme Integrated Media de l’Université d’art et de design de Toronto (OCAD), Chris Heller est un artiste de la performance et de la vidéo. À partir des réactions physiques de sa propre personne,il s’intéresse aux limites et aux mécanismes du corps humain. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions et événements à Toronto ainsi qu’à Turin en Italie.

Elisa Ochmanek

Elisa Ochmanek poursuit ses études à l’Université d’art et de design de Toronto (OCAD) dans le programme Integrated Media. À travers la performance, la vidéo et l’installation, l’artiste s’intéresse au mouvement du corps dans l’espace ainsi qu’aux notions d’identité et d’autoreprésentation. Elle effectue actuellement une œuvre performative d’une durée de six mois, où, par l’entremise de son alter-égo Eno, elle plonge dans les théories psychologiques et sociologiques du Soi. Son travail a été présenté dans diverses expositions à Toronto.

Émylie Bernard

Émylie Bernard détient un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ainsi qu’une mineure en art et technologie de l’Université d’Aalborg au Danemark. Son oeuvre évolue dans une esthétique contemplative qui met en rapport la dialectique présence/absence et les tensions qui l’habite. Elle prit part à plusieurs expositions collectives et événements de performances au Québec et au Danemark, en plus de travailler dans le domaine culturel.

Guillaume Dufour Morin

Candidat au baccalauréat en lettres et création littéraire à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), Guillaume Dufour Morin travaille à partir de la trace, du geste et des mots. L’expérience et l’interaction autour d’objets ou de rituels du quotidien s’affirment en tant que motifs récurrents de sa création pluridisciplinaire. Son œuvre a récemment été présenté au centre d’artistes La Tortue bleue à La Pocatière ainsi qu’au Musée régional de Rimouski.

Héloïse Guillaumin & Félix Chartré-Lefebvre

Héloïse Guillaumin et Félix Chartré-Lefebvre, respectivement étudiante et diplômé du baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), proposent une première collaboration à l’occasion de la RIPA 2015. Les dimensions sociales et politiques de l’espace public constituent les enjeux qui motivent leur pratique artistique et l’acte performatif est, pour ces deux artistes, envisagé comme générateur de récits,de poésie urbaine. Ils ont participé à plusieurs expositions collectives à Montréal, en plus de s’impliquer dans l’organisation d’événements culturels.

Hideki Kawashima

Étudiant au deuxième cycle dans le programme Studio Art de l’Université Concordia, Hideki Kawashima s’intéresse aux gestes viscéraux et incarnés du corps en mouvement. À travers la gravure et la performance, l’artiste porte une attention particulière à la transformation du geste par l’objet en créant une interaction entre ces deux entités.Il a présenté son travail dans plusieurs expositions et événements à Montréal, tels qu’à Rats 9, Art Mûr, la Galerie Ethecae ainsi qu’à Art Souterrain. 

Julie et Simon

Formé en janvier 2014, le collectif «Julie et Simon» est composé de Simon Déragon et de Julie Maude Gosselin, tous deux étudiants au baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). À travers la déconstruction et la reconstruction d’événements, ce duo questionne les liens multiples et tangibles entre l’art de la performance et l’activité sportive. Leur travail a été présenté dans diverses expositions à Montréal, telles qu’à la Galerie de l’UQAM et à la salle d’exposition de la Place des Arts.

Marie-Michèle Beaudoin & Maude Bertrand

Marie-Michèle Beaudoin et Maude Bertrand poursuivent actuellement leurs études au baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Selon une perspective féministe, elles abordent les espaces réels et imaginaires communs du politique, du sexuel, de l’artistique et de la culture. Leur esthétique, à mi-chemin entre le «fait main» et l’univers féminin idéalisé, remet en question le conventionnel par le truchement, la contamination du quotidien par le micro-geste. Elles ont présenté leur travail dans divers événements et expositions à Montréal.

Maya Wilson-Sanchez

Étudiante à l’Université d’art et de design de l’Ontario (OCAD) dans le programme Criticism and Curatorial Practice, Maya Wilson-Sanchez explore les limites du langage post-colonial dans les «sociétés hydrides/multiculturelles/plurielles». Au moyen de la reproduction d’images et d’objets d’art, l’artiste questionne la notion d’authenticité en rendant explicite la «nature élitiste et sexiste» de l’histoire de l’art dans la perpétuation du canon et du génie comme matrice discursive. Elle a participé à des expositions collectives à Ottawa et Toronto, en plus de poursuivre une pratique de commissaire. 

Doyon/Demers, artistes invité.e.s

Les recherches de Doyon/Demers, un duo réunissant depuis 1987 Hélène Doyon et Jean-Pierre Demers, portent principalement sur la relation entre l’art et la vie, en regard des notions de reliance/déliance, de socio-esthétique, d’hétérotopie, « d’indisciplinarité » et de réalité augmentée anthropologique. À travers la performance et les dispositifs participatifs, le duo expérimente l’immédiateté de l’oeuvre. Leur travaila été présenté dans plusieurs événements et expositions au Canada, en Europe, au Brésil, à Cuba ainsi qu’au Japon.

juillet 19, 2020